Un relai ou un relais ? - La Langue de Molière

Un relai ou un relais ?

29 juillet 2013

Non ! Ce n’est pas une faute que de ne pas mettre de « s » à « relais », c’est juste que le journaliste de l’Écho de la Haute-Vienne a pris la décision d’utiliser la réforme de la de 1990 qui propose, à l’instar de « balai », de ne plus mettre de « s ».

Cependant, ce courage va sans doute être pris pour une faute par la majorité des lecteurs, sauf si c’est vraiment une faute !!!

L-Echo-de-la-Haute-Vienne


Vous avez un projet d’écriture : roman, chanson, nouvelles, poésie ? Sachez que vous pouvez vous faire accompagner et ainsi ne pas être seul pour enfin mettre le POINT FINAL si difficile à poser !

Pour vous, le coach en écriture (ou coach littéraire) :

LOGO COACHING ECRITURE ARDEMO

En savoir plus ?

 Thierry BRAYER

Thierry BRAYER - coach en écriture

Tél. : 09 51 79 75 12 – 06 80 54 69 08
Tél. fixe depuis l’étranger : 00 33 9 51 79 75 12

www.formations.ardemo.fr

Email à recopier

 



Rédacteur du site : Thierry BRAYER, Écrivain, Coach en écriture


 
17 commentaires pour “Un relai ou un relais ?
  1. Bonjour,
    Elle a bon dos la réforme de l’orthographe !
    Je crois simplement que les journalistes n’apprennent plus le français.
    Amicalement.

  2. Dire qu’il y en a de plus en plus …

    Il y a quelque temps dans un hôpital j’ai vu une grande affiche …

    Ici c’est l’exellence … Et bien sans le c … il n’y avait plus rien d’excellent …

  3. Quelle idée de vouloir écrire « relai » ? Mon « Petit Robert » de 1993 ignore cette graphie. Mais comme l’écrit Michel Serres dans « Petite Poucette », pourquoi les jeunes ne l’écriraient-ils pas « relay » puisque dans toutes les gares (et sans doute aussi dans les aérogares) ils voient l’enseigne des marchands de presse « RELAY » ?

  4. Bonjour,

    J’avoue que je suis un peu perdue. « Relai » est quand même l’orthographe rectifiée de 1990, selon Wikipédia. Vous avez également précisé cela M. Brayer. Dans ce cas, est-ce vraiment une faute? Je n’en suis pas sûre même si mon dictionnaire non plus n’a pas pris en compte cette modification.
    Cordialement,

  5. La graphie « relai » était la graphie d’origine ( XIIIe siècle). Je ne pense pas que ce soit une aberration de la reprendre, le « s » final ne se justifiant pas par rapport au verbe « relayer ».

  6. Il est évident, comme l’Académie française l’a recommandé en 1990, qu’il convient d’écrire un relai quand cela correspond au verbe relayer, comme un balai (balayer), un déblai (déblayer), un délai (délayer), un essai (essayer), un étai (étayer), un frai (frayer), gai (égayer), un remblai (remblayer).
    Alors pourquoi cette graphie s’est-elle tellement répandue que l’on voit de plus en plus souvent, par influence, un « déblais », un « délais », un « remblais » et même un « balais » (les correcteurs automatiques étant généralement inefficaces pour les accords) ?
    Le mot relais correspond au verbe se relaisser qui signifie s’arrêter, prendre séjour, et pour un animal poursuivi et épuisé, s’arrêter, se tapir dans les broussailles. On écrit donc un relais pour un vide qu’on laisse dans les ouvrages de tapisserie, lorsque, au cours du travail, on change de couleur ou de figure, ou un terrain abandonné par les eaux courantes ou par la mer.
    Nonobstant l’incrustation durable de cette confusion, il n’y a aucune difficulté à écrire un relai pour une harde de chiens placés en réserve sur les voies habituelles de refuite des animaux, des chevaux sur une route de poste pour remplacer les chevaux fatigués, la distance à parcourir avant de procéder à ces remplacements, le lieu où l’on procède à ces remplacements, une auberge, un hôtel où l’on s’arrête pour couper un long parcours et se remettre des fatigues d’un voyage. Ainsi que pour le sport et le travail réalisés par une succession de participants.
    L’orthographe relai facilite la compréhension même si l’origine du verbe relayer a peut-être un rapport avec laisser.

  7. Je suis enseignante et, contrairement à la majorité des enseignants me semble-t-il, je suis pour cette réforme de l’orthographe, en particulier pour des mots tels que « relai » ou « balai ». Prenons l’exemple de nos voisins les Espagnols, par exemple : chez eux, tout s’écrit comme ça se prononce ainsi, un leader devient « un líder » et un soufflé au fromage « un suflé de queso » etc. Conclusion : c’est le pays où il y a le moins de dyslexiques en Europe… Cela vaut bien un coup de sombrero, non ?

    • Je suis enseignante et, contrairement à la majorité des enseignants me semble-t-il, je suis pour cette réforme de l’orthographe, en particulier pour des mots tels que « relai » ou « balai ». Prenons l’exemple de nos voisins les Espagnols, par exemple : chez eux, tout s’écrit comme ça se prononce ainsi, un leader devient « un líder » et un soufflé au fromage « un suflé de queso » etc. Conclusion : c’est le pays où il y a le moins de dyslexiques en Europe… Cela vaut bien un coup de sombrero, non ?

      • Merci de votre commentaire : je suis effectivement en accord avec vous… N’oublions pas cependant qu’il s’agit d’une « rectification » et non pas d’une « réforme » de l’orthographe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *