Immolation par l'eau - La Langue de Molière

Immolation par l’eau

20 octobre 2012

S’immoler par le feu : d’aucuns pensent que c’est un , ou une … En fait, dans cette expression, le problème n’est pas « par le feu » mais plutôt « s’immoler ».

En effet, d’après les meilleurs dictionnaires :  » Une immolation (du latin immolare « offrir un sacrifice ») est un sacrifice généralement religieux. Par extension, « immolation » est devenu maladroitement synonyme de « tuerie » ou « massacre » de victimes sans défense, particulièrement par le feu, mais pas uniquement. L’immolation peut avoir lieu par l’eau, le feu, la terre, le bois, le fer ou tout autre moyen. Le moyen le plus fréquent étant le feu, on attribue injustement l’action d’immoler au feu, alors qu’il faudrait préciser le moyen utilisé (par exemple « immolé par l’eau », « immolé par le feu »). » (Wikipedia).

On peut donc retenir que l’immolation est une forme de sacrifice suicidaire et l’on peut en préciser le moyen pour la réussir, pas obligatoirement par le feu.

De plus, chaque fois qu’un individu met fin à sa vie par cette forme, on parle a tort d’immolation pour la majeure partie des cas alors qu’il ne s’agit que d’un suicide, assez spectaculaire quand il est fait par le feu. Les journalistes – entre autres – ont réduit le sens de ce mot, et le monde de Panurge les suit…

Et vous ?



Rédacteur du site : Thierry BRAYER, Écrivain, Coach en écriture


 
4 commentaires pour “Immolation par l’eau
  1. Je pense que le côté spectaculaire du feu s’accompagne presque systématiquement de la volonté d’affirmer une idée ou d’afficher une revendication en public.
    Il y a clairement à chaque fois la notion de sacrifice de soi-même au nom de quelque chose. Cela différencie cette méthode de celles utilisées pour les « simples » suicides. Je n’ai jamais entendu parler de suicide par le feu dans son appartement ou dans un endroit caché.
    Il est certain que cette spécificité a engendré une sorte de cliché journalistique, mais personnellement, cela ne me choque pas sur le fond.
    Hélas, on risque de voir bientôt apparaître l’expression d’immolation par la ceinture, ce qui est nettement plus angoissant…

    • Effectivement, vous voyez où j’ai voulu en venir et votre « immolation par la ceinture » est très juste, linguistiquement parlant, évidemment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *